Item-2016Item-Appelàprojets2016Item-2016

Madame Françoise Praz, Présidente du Conseil Scientifique du Gefluc Paris-Île-de-France, nous livre la synthèse des attributions que notre association a alloué en soutien à la recherche contre le cancer pour l’année 2016.

 

L’appel à projets 2016 du Gefluc Paris-Île-de-France
Le GEFLUC a reçu 64 dossiers recevables, soit 6 dossiers de plus qu’en 2015, ce qui démontre la notoriété croissante du GEFLUC auprès des laboratoires de recherche d’Ile-deFrance.
Le Conseil Scientifique, composé de onze membres, médecins et chercheurs ayant des compétences complémentaires, s’est réuni le 15 septembre 2016. Chaque dossier avait été préalablement évalué par deux rapporteurs, en fonction des critères préétablis par le Conseil Scientifique. Les principaux critères d’évaluation ont été les suivants : la qualité scientifique (clarté et bases rationnelles des hypothèses, originalité…) et la faisabilité du projet en tenant compte des personnels dédiés, des compétences de l’équipe, et des budgets. Les dossiers ont été classés en 4 catégories: A+ pour les dossiers incontournables, A pour les dossiers excellents, B pour les bons dossiers et C pour les dossiers ne justifiant pas de financement (quel qu’en soit la raison). Les rares cas de discordance ont été discutés collégialement lors de la réunion du Conseil Scientifique. A qualité scientifique égale, les équipes et les projets en émergence, ainsi que les projets particulièrement innovants, à l’interface entre plusieurs disciplines (biologie et physique, chimie ou mathématiques), ou portés par de jeunes collègues, ont été considérés comme prioritaires. Les membres du Conseil Scientifique tiennent à souligner la très grande qualité scientifique de la plupart des projets.
20 projets de recherche contre le cancer sélectionnés et subventionnés
Six dossiers ont été déposés par des chercheurs ayant été financés en 2015. Le Conseil Scientifique s’est prononcé en faveur du renouvellement de cinq d’entre eux, car les données acquises grâce au soutien du GEFLUC semblaient très prometteuses. En revanche, il a émis un avis défavorable pour le sixième dossier qui présentait un projet portant sur une thématique très différente de celle financée en 2015, sans expliquer le changement d’orientation et sans faire de bilan scientifique du projet financé précédemment. Deux des projets concernent le rôle de la réponse immunitaire dans l’évolution tumorale, une thématique très importante en raison des nombreux essais thérapeutiques visant à moduler la réponse immunitaire des patients, qui sont menés actuellement dans de nombreux types de tumeurs de mauvais pronostic (poumon, ORL, mélanome, rein, vessie, prostate). Un des projets concerne l’impact des perturbateurs endocriniens présents dans l’environnement quotidien, tels que le bisphénol A et les phtalates, dans le développement des cancers du sein et de la prostate, un sujet d’actualité. Un projet étudie les mécanismes impliqués dans la régénération du pancréas et le développement des cancers du pancréas, un cancer de très mauvais pronostic, puisque moins de 5% des patients sont en vie cinq ans après le diagnostic. Enfin, le dernier projet bénéficiant d’un renouvellement de subvention vise à mieux comprendre les anomalies génétiques impliquées dans l’apparition et la progression des leucémies aigües myéloïdes.
Parmi les quinze nouveaux projets également sélectionnés pour bénéficier du soutien financier du GEFLUC, plusieurs utilisent des approches innovantes et multidisciplinaires visant à identifier les mécanismes impliqués dans le développement tumoral, et à découvrir de nouvelles perspectives thérapeutiques.
Ainsi, un projet particulièrement innovant est coordonné par une pharmacienne, titulaire d’un Doctorat en Chimie organique, chercheuse de renommée internationale, travaillant à l’Institut de Chimie des Substances Naturelles du CNRS, où a été découvert un des médicaments anticancéreux les plus utilisés, le taxotère, précurseur du taxol présent dans les feuilles de l’if. Cette fois, il s’agit d’un composé de la famille des schweinfurthines, issu d’une plante tropicale, le maracanga, et qui possède des activités anti-tumorales très puissantes, en agissant notamment sur la vascularisation, vis-à-vis de tumeurs pour lesquelles il n’existe que peu d’options thérapeutiques, comme le glioblastome. L’équipe a réussi à mettre au point une technique permettant la synthèse de quantités importantes de ce composé, condition sine qua non pour envisager son utilisation à large échelle. Grâce au financement du GEFLUC, l’équipe va pouvoir poursuivre ses travaux destinés à identifier la cible moléculaire et le mécanisme d’action qui semblent être originaux, ouvrant de nouvelles perspectives thérapeutiques.
Un autre projet multidisciplinaire sera développé par un ingénieur, spécialiste de la mécanique des fluides, en étroite collaboration avec une chercheuse en immunologie, afin d’étudier les aspects mécaniques impliqués dans la régulation des réponses anti-tumorales induites par les lymphocytes T.
Enfin, plusieurs projets devraient avoir à terme un impact direct sur la prise en charge des patients. Citons, par exemple, un projet visant à développer des approches thérapeutiques combinant l’utilisation de nanoparticules de métaux lourds comme le gadolinium et les radiations ionisantes afin de sensibiliser les tumeurs aux effets de la radiothérapie, tout en épargnant les tissus sains. Citons également le projet d’une équipe qui a découvert récemment deux familles de molécules très prometteuses pour le traitement des cancers du sein dits « HER2-dépendants ». En effet, ces molécules sont actives sur les formes mutées et tronquées du gène HER2, qui sont majoritairement responsables de la résistance aux traitements actuels. De façon intéressante, ces travaux pourraient avoir des retombées pour le traitement de certains autres cancers (ovaire, endomètre, glande salivaire, estomac, cancers colorectaux) car ils possèdent, pour une partie d’entre eux, une amplification génique de HER2 qui est la cible de ces molécules.
La générosité de nos donateurs : moteur indispensable pour la recherche contre le cancer
Comme les années précédentes, les membres du Conseil Scientifique tiennent à remercier chaleureusement les donateurs pour leur générosité qui a permis de financer un nombre important de projets très prometteurs, dont les retombées sont essentielles pour la prise en charge thérapeutique des patients. L’aide du GEFLUC représente, pour ces laboratoires, une aide indispensable pour la réalisation de leurs projets de recherche.

Françoise PRAZ

Présidente du Conseil Scientifique

2 thoughts on “Projets de recherche contre le cancer 2016

  • 24 janvier 2017 à 19 h 13 min
    Lien Permanent

    Bravo et merci
    pour les enfants vs n’avez reçu aucun projet et ou financé aucun ?
    Fondation Flavien
    Denis Maccario

    Répondre
    • 16 mars 2017 à 15 h 46 min
      Lien Permanent

      Monsieur Maccario,
      Le Gefluc Paris-Île-de-France ainsi que l’ensemble des Gefluc se mobilisent pour et auprès des enfants atteints de cancer depuis plus de 50 ans. Plus que jamais, nous restons mobilisés auprès des enfants ainsi que leurs familles.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *