Alimentation : réduire les risques de cancer

Le développement d’un cancer est assujetti à de nombreux facteurs. Certains externes (environnementaux, professionnels, infectieux…) ou internes (génétiques, hormonaux…) mais environ un tiers des cancers seraient imputables à nos modes de vies et seraient donc potentiellement évitables en modifiant notamment notre alimentation, en augmentant notre activité physique et en maintenant un poids optimal. En partant de ce constat, comment agir ?

Tabac et alcool : un cocktail dangereux
Le tabac ne fait pas débat car il représente à lui seul le principal facteur de risque évitable. Suivi de près par l’alcool qui même à faible dose représente un risque qui est majoré lorsqu’il est associé au tabac. Si on peut inviter à consommer de l’alcool avec modération, ce principe ne s’applique pas au tabac qui doit être proscrit.

Modifier son alimentation : oui mais comment ?
Tout est affaire de modération. C’est le premier principe à appliquer quand il s’agit de modifier ses habitudes alimentaires. La tolérance zéro est à proscrire car elle pousse le plus souvent à reproduire à plus ou moins terme des comportements d’excès. Le second principe est la variété dont découle directement le troisième principe : ne pas oublier de se faire plaisir. Ces 3 principes vous aideront à changer vos habitudes et à les maintenir sur la durée.

Fruits et légumes : le réflexe sain

Les fruits et légumes ont un rôle protecteur de par leur teneur en fibres, en vitamines et en minéraux. Leur variété et leur disponibilité saisonnière se prêtent parfaitement à la mise en place d’une alimentation diversifiée propice à se faire plaisir. Tout en nous fournissant les apports quotidiens nécessaires et en participant à réduire le risque de surpoids (autre facteur de risque) en regard de leur apport en calories peu élevé. On peut en consommer sans modération et ainsi facilement atteindre la satiété sans risque de grossir.(en revanche les féculents tel que le riz, les pâtes et les pommes de terre sont à diminuer si on les incorpore dans le cadre d’une alimentation variée)

Viandes : ennemies ou amies ?

Concernant l’apport de viande dans son alimentation, la modération et la variété ont toute leur place car comme souvent, c’est l’excès qui est nocif. On préférera les viandes blanches ou les poissons aux viandes rouges mais on peut malgré tout en consommer si on veille à ne pas excéder 2 portions par semaine.

Le sport : l’atout vitalité

Il est bon en complément d’une alimentation saine et variée d’associer une activité physique, qui est la thérapeutique non médicamenteuse la plus efficace en termes de prévention primaire (en évitant notamment l’excès de poids qui est un facteur de risque) mais aussi tertiaire (en potentialisant les thérapeutiques et minorant les effets secondaires comme la fatigue). La recommandation de l’OMS* est de 30mn d’activité physique par jour. Sans aller forcément jusqu’au footing, celle-ci peut s’inscrire dans notre quotidien comme par exemple dans une marche rapide entre notre domicile et notre lieu de travail.

« Révéler le talent des hommes et des femmes qui font la richesse de la recherche made in France »

C’est le grand moment, comme chaque année les Entreprises contre le Cancer Ile-de-France lancent leur grand appel à projets innovants visant à soutenir la recherche contre le cancer.

Depuis 1964, les Entreprises contre le cancer mobilisent le monde de l’entreprise dans la lutte contre cette terrible maladie.

Qu’il s’agisse de la prévention, de l’accompagnement ou encore du financement de la recherche, les trois missions historiques de l’association, l’entreprise est à la fois le lieu et l’acteur privilégié pour peser sur le cours des choses, pour convaincre, pour innover, pour mobiliser, pour éduquer et pour contribuer à l’effort de recherche. Autant de leviers d’action à activer pour faire bouger les lignes tout influant positivement sur la performance de chaque entreprise.

L’an passé, plus de 340.000 € ont ainsi été alloués  pour faire avancer la connaissance, la compréhension et le traitement du cancer. Le palmarès des projets 2018 a permis de révéler le talent des hommes et des femmes qui font la richesse de la recherche « made in France ». Les nombreuses pistes ouvertes ou approfondies par ces équipes ont trouvé dans les entreprises un accélérateur d’innovation indispensable à leurs succès futurs. (pour en savoir plus sur le palmarès de l’édition 2018 cliquez ici).

Cette année encore, les Entreprises contre le Cancer entendent soutenir les projets innovants des hommes et des femmes qui font la fierté et la richesse de la recherche française.

Aujourd’hui, plus que jamais, les entreprises doivent se mobiliser face à ce fléau qui concerne la santé des travailleurs, mais aussi la performance des organisations ! 

Jean-Jacques Doucet,
Président des Entreprises contre le Cancer

Suivre Jean-Jacques Doucet :
Twitter : https://bit.ly/2DrEuiw
Linkedin : https://bit.ly/2R9HbZV

Appel à projets pour la recherche contre le cancer 2019


En 2019, les Entreprises contre le Cancer répartissent, comme chaque année, à l’occasion de leur Assemblée Générale Ordinaire Annuelle, des subventions sélectionnées par leur Conseil Scientifique Régional. Ces subventions sont destinées à la recherche contre le cancer au sein de laboratoires académiques de la région Île-de-France et concernent des projets entrant dans le champ de la cancérologie expérimentale ou clinique.

Dans son souhait réaffirmé de porter les synergies entrepreneuriales comme moteur de la recherche française et de son excellence, les Entreprises contre le Cancer soutiennent les jeunes équipes émergentes porteuses de projets innovants dans la lutte contre le cancer. Avec cette année, deux thématiques sélectionnées par notre Conseil Scientifique:

– Analyses expérimentales aidant à la compréhension des mécanismes biologiques impliqués dans les processus métastatiques.

– Relations entre cancer et métabolisme, notamment perturbations métaboliques des cellules cancéreuses.

Deux thèmes porteurs qui répondent aux besoins actuels en matière de recherche contre le cancer. Depuis plus de 50 ans, la stratégie des Entreprises contre le Cancer est d’agir localement au plus près des acteurs régionaux de la recherche pour mieux faire avancer la lutte sur un plan national au service de tous.

L’appel à projets sera lancé en ligne dès le 15 avril sur notre site
avec une clôture de la réception des dossiers fixée au 15 mai minuit.

Intégrer les salarié(e)s directement concerné(e)s dans tout dispositif cancer et emploi

Il existe au niveau international des plans après cancer, des programmes innovants en entreprise et on peut après une revue de la littérature internationale sur le  thème cancer et emploi poser que toute intervention cancer et travail doit intégrer les éléments suivants au titre de faits à prendre en compte ou d’éléments pour l’action :

(1) l’après cancer représente une phase de transition pour toute personne concernée et son entourage
( 2) l’existence de séquelles après les traitements intensifs nécessite une prise en charge adaptée, des soins de suivi et une prévention des complications
(3) la réussite du  maintien et du retour au travail dépend de facteurs multifactoriels qui ne dépendent pas seulement du salarié mais dépendent du degré d’engagement des entreprises dans  l’accompagnement de la trajectoire du cancer et ce dès le diagnostic
(4) la dimension professionnelle représente une dimension importante dans le processus de rétablissement de toute personne confrontée au cancer
(5) les entreprises ont un rôle important à jouer dans la réussite du maintien et du retour au travail mais elles doivent intégrer des salariés et des proches aidants directement concernés par l’expérience du cancer dans leur dispositif cancer et emploi car personne mieux qu’une personne concernée peut rendre compte de son expérience vécue et identifier les fonctionnements à améliorer et les actions à mettre en place.
(6) les managers ont un rôle important à jouer car ce sont eux qui doivent gérer l’organisation du travail et qui sont souvent les interlocuteurs de première ligne
(7) les médecins du travail et les direction des ressources humaines, les assistantes sociales  sont aussi des acteurs de première ligne
( 8) la stigmatisation ressentie par les salariés ayant ou ayant eu un cancer nécessite des campagnes de prévention  pour réduire  la disqualification sociale souvent associée aux malades  du cancer dans les entreprises
(9) le cancer vulnérabilise la personne salariée concernée mais aussi ses collègues de travail , il faut donc des espaces de d’échanges sur la vulnérabilité en partage 
(10) les approches organisationnelles doivent être combinées avec des approches centrées sur la personne et doivent privilégier des approches capacitaires

A l’heure actuelle  il existe de nombreuses initiatives en France sur cancer et emploi portées par le club des entreprises sous l’égide de l’Inca. La France est très citoyenne dans l’accès et le droit aux soins pour tous, il est important pour ses entreprises de relever le défi de la prévention du risque social et professionnel lié au cancer !


[1] Nous avons lu et analysé plus de 100 références internationales à ce jour concernant les 10 points que nous présentons à ce jour et sur lesquels nous travaillons dans plusieurs projets .

Tribune libre,
Catherine Tourette-Turgis,
Fondatrice et directrice de l’université des patients- Sorbonne
Conceptrice  des cafés du rétablissement
Catherine.tourette-turgis@sorbonne-universite.fr

Edito : « Le Cancer : Quel impact économique en entreprise ? »

En préambule, soyons clair, le vrai problème c’est cette terrible maladie, le Cancer, et donc la lutte que livre quotidiennement sans merci tout l’environnement médical et scientifique.  Pour autant, la maladie draine avec elle d’autres conséquences, multiples et avant tout bien sûr humaines. Les impacts opérationnels et économiques dans la vie professionnelle font aussi partie du sujet !

Au delà de l’aspect humain, le coût des arrêts de travail lié aux conséquences du cancer peut atteindre 2% de la masse salariale !  Performance, image, bien-être au travail : les axes d’amélioration sont pourtant très nombreux pourvu que les chefs d’entreprise disposent des bonnes méthodes et des bons outils.

La réalité des chiffres s’impose à toutes les entreprises : sur 1.000 nouveaux cas de cancer diagnostiqués chaque jour en France, 400 concernent des personnes en activité professionnelle, soit 150.000 personnes. 80.000 malades du cancer interrompent ainsi leur activité chaque année en France, et 60.000 la reprennent après le diagnostic. L’impact sur les malades est toujours terrible, celui sur les entreprises est réel : pour 3 entreprises sur 4, l’absence du salarié occasionne immanquablement une réorganisation nécessaire (nouvelle embauche, recours à des prestataires, paiement d’heures supplémentaires, etc.).

Les conséquences sont également importantes sur le collectif de travail. L’absentéisme a un impact sur l’organisation au quotidien (surcroit de travail lié à la récupération des tâches) et sur les relations entre les salariés. Le collectif doit faire front uni et pallier aux dysfonctionnements.

43 % des salariés jugent que l’absence d’un collègue malade perturbe l’organisation de l’entreprise. S’agissant des DRH, 82 % estiment que les coûts indirects des arrêts de travail ont un impact réel sur l’organisation de l’entreprise et 57 % sur la performance.

Ces chiffres interpellent bien évidemment. Ils doivent pourtant permettre de sonner la mobilisation pour chaque entreprise. Quelle que soit sa taille ou son domaine d’activité, celle-ci doit s’emparer avec les Entreprises contre le Cancer des méthodes et des outils permettant de faire du cancer non plus un sujet tabou aux effets délétères sur l’entreprise, mais un levier de mobilisation et d’action au service du capital humain, de la performance de l’entreprise et de son image.

C’est pourquoi les Entreprises contre le Cancer sont très heureuses de mettre aujourd’hui à la disposition de toutes les organisations des offres de partenariats adaptées à la réalité de chaque contexte, en incluant des solutions concrètes pour agir et obtenir des résultats.

Et lorsqu’on découvre qu’une bonne prise en compte des conséquences du cancer peuvent permettre à une entreprise d’économiser jusqu’à 2 % de sa masse salariale, n’attendons plus, diffusons le message pour rejoindre le mouvement des Entreprises contre le Cancer !

Jean-Jacques Doucet,
Président des Entreprises contre le Cancer

Suivre Jean-Jacques Doucet :
Twitter : https://bit.ly/2DrEuiw
Linkedin : https://bit.ly/2R9HbZV


Découvrez les offres de partenariat des Entreprises contre le Cancer

Découvrez les proposées par les Entreprises contre le Cancer pour accompagner et valoriser l’engagement de votre entreprise :

1Améliorer l’empreinte sociale de votre entreprise autour d’un engagement fort et d’un don éligible aux abattements fiscaux ;

2Contribuer directement à une grande cause en soutenant un plaidoyer sur un sujet sociétal à fort potentiel tout en valorisant l’engagement de votre entreprise à l’interne comme à l’externe ;

3Réduire l’impact du cancer sur votre organisation par la mise en place d’une stratégie et de dispositifs de prévention avec le réseau des Entreprises contre le Cancer ;

Télécharger l’offre de partenariat des Entreprises contre le Cancer

Contact : partenariats@lesentreprisescontrelecancer.fr – 06.07.08.09.10

Les Entreprises contre le Cancer soutiennent la Charte Cancer et Emploi de l’INCA

Elaborée conjointement par l’Institut national du cancer (INCA), l’Association nationale des DRH (ANDRH) et l’Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail (Anact), la Charte des 11 engagements « Cancer et Emploi » vise à améliorer l’accompagnement des salariés touchés par le cancer et promouvoir la santé.

Cette Charte, forte et engageante, propose aux entreprises des principes opérationnels afin de mettre en place une démarche d’entreprise cohérente sur quatre axes :

  • L’accompagnement des salariés dans le maintien et le retour en emploi
  • La formation et l’information des parties prenantes de l’organisation
  • La promotion de la santé
  • L’évaluation et le partage

Son application peut être élargie à d’autres pathologies telles que les maladies chroniques évolutives et faire le lien avec d’autres types de démarches collectives. Elle traduit surtout la volonté de plus en plus d’entreprises de mieux évaluer les risques liés au cancer, pour faire face au quotidien de cette réalité.

Depuis le lancement de la Charte de l’INCA, les Entreprises contre le Cancer soutiennent cette initiative indispensable à la mobilisation du monde économique.

Ce soutien passe notamment par une aide au déploiement et à la mise en œuvre des engagements de la charte.

Les engagements contenus dans la Charte Emploi et Cancer :

Accompagner le salarié dans le maintien et le retour à l’emploi

  1. Maintenir un lien en proposant au salarié absent de le tenir au courant de l’actualité et des évolutions de l’entreprise afin de lui permettre de conserver un sentiment d’appartenance.
  2. Informer et sensibiliser le salarié sur l’intérêt de la visite de préreprise afin de lui permettre d’exprimer ses attentes et de construire avec lui, le cas échéant, son nouveau projet professionnel.
  3. Construire avec le salarié un parcours de maintien ou de reprise en adéquation avec son projet autour des actions suivantes :
  4. constituer une équipe pluridisciplinaire qui analysera conjointement les actions et en particulier l’organisation à mettre en œuvre ;
  5. identifier et nommer un référent dans l’entreprise qui pourra être son point de contact et faciliter son maintien ou son retour en emploi ;
  6. mettre en place l’entretien de retour à l’emploi après une absence quelle qu’en soit sa durée ;
  7. répertorier et faire connaître aux salariés l’ensemble des partenaires (Service d’appui pour le maintien dans l’emploi des travailleurs handicapés (Sameth), assistant de service social, organismes de prévoyance, assurances maladies complémentaires, notamment) pouvant offrir un accompagnement ou des prestations pour le salarié.
  8. Former et informer les parties prenantes de l’organisation
  9. Diffuser auprès de l’ensemble des salariés des outils d’information et de promotion de la santé, en particulier ceux mis à disposition par les organismes publics.
  10. Mettre en œuvre des actions concrètes de promotion de la santé (tabac, alcool, alimentation, activité physique, information sur les dépistages) en s’appuyant sur les différents acteurs (organismes publics, professionnels de santé, associations, mutuelles, préventeurs).

Télécharger la Charte Emploi et Cancer de l’INCA

En savoir plus sur la Charte Cancer et Emploi de l’Institut National du Cancer : https://bit.ly/2CrMHmh

Edito : « Une histoire tournée vers l’ambition »

En 2019, le Groupement des Entreprises Françaises dans la Lutte contre le Cancer (Gefluc) devient Les Entreprises contre le Cancer. Le temps est en effet venu d’affirmer de nouvelles ambitions dans le combat historique de notre association qui s’est toujours située en pointe de la mobilisation des Entreprises contre le Cancer depuis 1964. Ces objectifs portés par les pères fondateurs du Gefluc reposent sur un constat : le cancer est une réalité pour toutes les entreprises.

Dépositaire de la confiance des membres du conseil d’administration, ma feuille de route est claire : mobiliser contre le cancer autant d’entreprises qu’il le sera possible, du petit artisan à la grande multinationale, du chef d’entreprise au dernier collaborateur recruté. Tout le monde doit aujourd’hui converger vers une meilleure prise en compte du cancer dans la vie de l’entreprise. Ce n’est pas seulement une question de RSE, d’éducation managériale ou de maintien dans l’emploi… c’est un enjeu profondément lié à la performance de l’entreprise.

 « Un enjeu profondément lié à la performance de l’entreprise »

Prévenir le cancer en entreprise, accompagner les dirigeants et les salariés et financer l’innovation et la recherche : les trois piliers de l’action des Entreprises contre le Cancer sont une réponse à la fois efficace et positive pour mobiliser l’ensemble de l’entreprise contre le cancer, tout en maintenant au cœur de tout l’essentiel : l’humain.

Autre élément central de cette nouvelle ambition : le financement de la recherche. En tant que premiers opérateurs économiques du pays, les entreprises françaises ont le pouvoir de faire changer les choses en accélérant l’innovation. J’étais ainsi particulièrement fier de récompenser au nom des Entreprises contre le Cancer des nouveaux projets de recherche innovants lors d’une cérémonie tenue fin 2018 au siège du Medef à Paris, en présence de Dominique Carlac’h, vice-présidente et porte-parole du Medef et de Patrick Errard, président de la commission innovation du Medef, avec la remise de 340.000 € de subventions privées à des équipes de chercheurs exceptionnelles.

Or nous pouvons – nous devons – faire encore mieux. En 2019, les Entreprises contre le Cancer s’engagent dans une phase de développement inédite : nouveaux outils de mobilisation et de communication, nouveaux adhérents, nouveaux programmes d’action et d’accompagnement des entreprises, des dirigeants et des salariés, nouveaux financements pour la recherche…

2019 sera donc l’année de l’ambition. Or cette ambition s’appuie sur une histoire déjà très riche au service de la lutte contre le cancer. Elle se développera tout au long des prochains mois, avec des annonces et des résultats concrets que je serai très heureux de partager avec vous dans la newsletter mensuelle des Entreprises contre le Cancer, que je vous invite à lire et à largement partager autour de vous.

Je vous souhaite une année 2019 pleine de succès dédiée à la mobilisation contre le cancer !

Jean-Jacques Doucet,
Président des Entreprises contre le Cancer

Suivre Jean-Jacques Doucet :
Twitter : https://bit.ly/2DrEuiw
Linkedin : https://bit.ly/2R9HbZV



Les Entreprises contre le cancer vous souhaitent une bonne année 2019 !

Au nom de tous les administrateurs, membres du Conseil scientifique et membres du Gefluc Paris Île-de-France, les Entreprises contre le cancer vous adressent tous leurs vœux de santé et de bonheur pour 2019 !

Le cancer est une réalité pour beaucoup de nos compatriotes ; il l’est aussi pour nos entreprises. Bien-être au travail des salariés malades, maintien de l’activité dans les services, accompagnement bienveillant des managers et des équipes… les enjeux d’une bonne prise en compte du cancer en entreprise sont étroitement liés à sa performance globale.

Tout au long de l’année, les Entreprises contre le cancer continueront ainsi à agir dans leurs trois domaines d’intervention historiques :
– La prévention du cancer en entreprise
– L’accompagnement des dirigeants et des salariés
– Le financement l’innovation et la recherche

Ensemble, faisons de 2019 une année de conquête dans la lutte contre le cancer,afin que les risques soient encore mieux connus, les bonnes pratiques d’accompagnement encore plus partagées et l’innovation encore davantage soutenue !

Pour rejoindre les Entreprises contre le Cancer : cliquez ici

Suivre les Entreprises contre le Cancer :
Facebook : bit.ly/2AZ8gcR
Twitter : bit.ly/2FKinGK
Linkedin : bit.ly/2FVlzhG

Recherche contre le cancer : le palmarès des projets innovants 2018 dévoilé !

Jean-Jacques Doucet, nouveau président du Gefluc Paris Ile-de-France

Le 15 novembre 2018, les acteurs de la lutte contre le cancer en entreprise se sont retrouvés au siège du Medef à Paris à l’invitation des Entreprises contre le Cancer pour découvrir les projets de recherche innovants récompensés en 2018. Plus de 340.000 € ont ainsi été alloués par les Entreprises contre le Cancer Ile-de-France pour faire avancer la connaissance, la compréhension et le traitement du cancer.

Comme l’a rappelé Jean-Jacques Doucet, nouveau président du Gefluc Paris Île-de-France et maître de cérémonie, la mobilisation des entreprises peut faire la différence dans la lutte contre le cancer. Qu’il s’agisse de la prévention, de l’accompagnement ou encore du financement de la recherche, les trois missions historiques de l’association, l’entreprise est à la fois le lieu et l’acteur privilégié pour peser sur le cours des choses, pour convaincre, pour innover, pour mobiliser, pour éduquer et pour contribuer à l’effort de recherche. Autant de leviers d’action à activer pour faire bouger les lignes tout influant positivement sur la performance de chaque entreprise.



Patrick Errad, président de la commission Innovation du Medef

Le Président de la commission Innovation du Medef, Patrick Errard, a ensuite ouvert la cérémonie de remise des subventions pour souligner l’engagement historique des entreprises de France dans la lutte contre le cancer. Le Medef, partenaire du Gefluc, a ainsi utilement rappelé à toutes les entreprises la nécessité d’amplifier la mobilisation face à un fléau qui concerne la santé de tous les travailleurs, mais aussi la performance des organisations. Une intervention remarquée qui a également porté sur la problématique cruciale du maintien des salariés dans l’emploi, une question qui se trouve au cœur du combat du Gefluc.



Dominique Bellet, Professeur d’Immunologie

Les participants ont ensuite eu le privilège d’écouter une conférence magistrale du Professeur Dominique Bellet consacrée à l’innovation en cancérologie. Une prise de parole particulièrement inspirante qui a montré à tous les participants que s’il reste encore un long chemin à parcourir, notamment sur la prévention du cancer, de fortes raisons permettent néanmoins d’espérer de nouvelles avancées déterminantes sur le terrain de la recherche. Cette mise en perspective convaincante a brillamment conclu
l’introduction de la cérémonie.



Françoise Praz, directeur de recherche au CNRS et présidente du Conseil scientifique du Gefluc

C’est à Françoise Praz, directeur de recherche au CNRS et présidente du Conseil scientifique du Gefluc, qu’a été confiée l’annonce du palmarès 2018 des projets financés par le Gefluc. Un nouveau cru exceptionnel :

Les chercheurs primés nous présentent leurs travaux innovants dans la recherche contre le cancer

Ce palmarès a permis de révéler le talents des hommes et des femmes qui font la richesse du monde de la recherche française. Les nombreuses pistes ouvertes ou approfondies par ces équipes ont trouvé dans les entreprises un accélérateur d’innovation indispensable à leurs succès futurs. C’est précisément ce que le Gefluc permet depuis 1964 et le financement d’un premier microscope électronique – une véritable révolution à l’époque – : faire avancer la recherche et l’innovation en mobilisant l’énergie considérable des entreprises. Avec la prévention et l’accompagnement, le financement de l’innovation est en effet l’un des trois axes d’intervention du Gefluc et des Entreprises contre le Cancer.



Dominique Carlac’h, porte-parole et vice-présidente du Medef

La cérémonie a été conclue par Dominique Carlac’h, porte-parole et vice-présidente du Medef, qui a tenu à apporter un soutien appuyé au combat du Gefluc tout en livrant un témoignage passionnant de chef d’entreprise confirmée. Une intervention saluée par l’ensemble des participants qui a apporté au palmarès 2019 un supplément de prestige particulièrement apprécié. Tout au long de l’année 2019, le Gefluc Paris Île-de-France vous fera (re)découvrir plus en détails chacun des projets récompensés, en attendant le nouveau palmarès qui promet à nouveau d’être spectaculaire !